Notre ambition


ÉCOCONSTRUCTION

L’écoconstruction est née dans les années 1970, à la fois de la crise pétrolière et de l’apparition du syndrome du bâtiment malade : réduire la dépendance aux énergies fossiles et créer des intérieurs qui ne rendent pas malades.
C’est entièrement dans cette démarche de dépollution des habitats en n’utilisant que des produits de construction sain, et en rendant les habitats les plus économes possibles, jusqu’à les rendre passifs, que VITATSAR s’inscrit.

LA CONSTRUCTION DURABLE, UNE DÉMARCHE INTÉGRÉE

Notre démarche est d’impliquer toute la chaîne des acteurs de la construction, dès l’amont du projet de construction (phase programmation et conception) en suivant les étapes de la mise en travaux puis en vérifiant la pertinence des options retenues et la qualité de leur mise en œuvre lors de la phase d’utilisation par les habitants et usagers, ce qui caractérise l’approche intégrée de toute démarche de Construction Durable.
C’est ainsi qu’une approche par coût global d’un projet est privilégiée par rapport au coût à la livraison. Cette approche économique intègre non seulement les postes d’investissement traditionnels (tels que : coût de conception, de pilotage, de construction) mais également les coûts de charges de fonctionnement de maintenance et de déconstruction. La valorisation des énergies utilisant les ressources naturelles permettant de se rapprocher des bâtiments de type HABITAT PASSIF (qui consomment très peu d’énergie) ainsi que l’emploi de matériaux à faible Energie grise constituent également des thèmes prioritaires à satisfaire.
Construire durable est aussi une philosophie cohérente avec la formule « Penser global et agir local »[1]. En effet, l’impact social de tels programmes doit prendre en compte les réalités sociales et économiques d’un bassin d’emploi (formation professionnelle initiale et continue, innovation sociale et entrepreneuriale) et même les réalités culturelles (style de vie, identité architecturale d’une région, traditions locales).

MATÉRIAUX ET EQUIPEMENTS

Nos constructions utilisent essentiellement le bois, qui reste la ressource la plus qualitative à nos yeux, et qui est quantitativement disponible dans nos contrées. Et nous y associons, de manière large, des matériaux de construction et d’isolations écologiques tels que la pierre, la brique de terre crue, le chanvre, la paille, la fibre de bois, la laine de mouton, la ouate de cellulose… et bien d’autres que nous explorons encore.
Nos bois sont issus de la filière labellisée PEFC (pour les bois européens) et FSC (pour les bois tropicaux), œuvrant pour la gestion durable des forêts en apportant une réponse concrète et quantifiable dans la lutte contre le réchauffement climatique.
Nous préconisons également d’utiliser une toiture végétale ou bien un mur végétalisé, pour à la fois améliorer davantage l’isolation, et également apporter un espace de vie supplémentaire en extérieur afin de développer par exemple un jardin potager…

 PERSPECTIVES D’AVENIR

En plus de l’économie d’énergie faite par une bonne isolation, nous voulons développer et optimiser dans les prochaines années l’utilisation d’énergies renouvelables et naturelles comme l’énergie solaire passive, les panneau photovoltaïque, le chauffe-eau solaire, l’utilisation d’une éolienne, l’énergie hydraulique (turbine hydraulique, moulin à eau), et toutes les énergies issues de la BIOMASSE (le bois de chauffe, le biogaz, le compostage…), le tout permettant également de réduire l’empreinte écologique.
Nous allons également chercher à intégrer des systèmes de traitement des déchets (phyto-épuration, lagunage, composteur, toilettes sèches…) et de récupération d’eau pluviale, participant ainsi à l’amélioration de la résilience écologique autour de la bâtisse.

Nous considérons que l’avenir du bâtiment passe par la possibilité de réemploi des matériaux de déconstruction, ce qui nécessite qu’ils ne soient plus considérés comme déchets. De nombreux pays ont intégré cette dimension de réutilisation : les matériaux récupérés s’appellent alors « matières premières secondaires » et peuvent servir à construire de nouveau.

Les commentaires sont clos.