Pont thermique

Un pont thermique est un point fragile de la construction où la barrière isolante est interrompue pour des raisons de mise en œuvre ou de manque de rigueur dans la conception de l’ouvrage.
Par ces endroits la chaleur intérieure peut facilement s’échapper et le froid extérieur peut s’engouffrer. Les ponts thermiques peuvent représenter jusque 30-40% des déperditions dans les maisons construites jusqu’à la norme de construction RT2012, c’est à dire jusqu’en 2013.
Ils entraînent des dérèglements thermiques dans l’habitat, perturbent la régulation hygrométrique, une chute locale  des températures de parois intérieures en entrainant des zones froides qui perturbent le confort. Les différentiels entre parois froides/air chaud peuvent engendrer une mauvaise régulation de l’humidité et un pourrissement des matériaux de construction. Ne parlons même pas des pertes d’énergie thermique.
La réduction de ces ponts thermiques passent par une optimisation des isolants intérieurs et extérieurs. Il faut une analyse poussée dès les phases d’esquisses du projet pour optimiser leurs mises en oeuvres.
Les principaux points de fragilités les plus courants sont :
  • Les nez de refends ou de cloisons en cas d’isolation par l’intérieur lors des réhabilitations
  • Les nez de planchers
  • Les linteaux au dessus des ouvertures
  • Les volets roulants et pourtours de menuiseries…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *